27.9 C
New York
mercredi, mai 22, 2024

Buy now

spot_img

Égypte: le président Abdel Fattah al-Sissi réélu pour un troisième mandat

Abdel Fattah al-Sissi a été réélu pour un troisième mandat, a annoncé, ce lundi 18 décembre, l’autorité électorale égyptienne.

L’autorité électorale égyptienne a annoncé lundi que le président en exercice, Abdel Fattah al-Sissi, avait remporté un nouveau mandat de six ans avec 89,6% des voix. Une victoire qui n’est pas une surprise.

Le chef de l’autorité, Hazem Badawy, a déclaré que la participation avait atteint un taux « sans précédent » de 66,8% des 67 millions d’électeurs égyptiens. Plus de 39 millions d’électeurs ont voté pour l’ancien chef de l’armée, Abel Fattah al-Sissi, qui dirige l’Égypte depuis dix ans. Selon la Constitution égyptienne, ce troisième mandat doit être le dernier.

Son élection ne faisait guère de doute dans le pays de 106 millions d’habitants en proie à de multiples crises, allant du pouvoir d’achat à la guerre dans la bande de Gaza voisine.

Aux présidentielles de 2014 et 2018, l’ex-maréchal Sissi, arrivé au pouvoir en 2013 en renversant l’islamiste Mohamed Morsi, l’avait emporté avec plus de 96% des suffrages, avec 47% de taux de participation en 2014 et 41,05% en 2018. Il a, depuis, allongé la durée du mandat présidentiel de quatre à six ans et fait modifier la Constitution pour repousser la limite de deux à trois mandats présidentiels consécutifs.

Plus de 44 millions de votants

Cette année, le président était opposé à trois candidats peu connus du grand public : Hazem Omar, chef du Parti populaire républicain et deuxième du scrutin avec 4,5% des voix, Farid Zahran, chef d’un petit parti de gauche et Abdel-Sanad Yamama, du Wafd, parti centenaire, mais désormais marginal.

Plus de 44 millions de personnes ont voté du 10 au 12 décembre, selon l’Autorité nationale des élections en Égypte, et plus de 39 millions d’entre eux ont voté pour Abdel Fattah al-Sissi. Dans les rues, les panneaux de campagne du président étaient partout. Plusieurs électeurs sortant des urnes ont déclaré à l’AFP qu’ils « ne connaissaient pas les autres candidats », tandis qu’une grande partie du pays ignorait totalement le scrutin.

Loin de passionner les foules, la campagne présidentielle s’est déroulée en novembre dans l’ombre de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien au pouvoir à Gaza. Un conflit qui accapare, depuis son déclenchement le 7 octobre, l’attention des médias et des opinions dans l’ensemble des pays arabes.

Avec RFI

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles