25.3 C
New York
lundi, avril 15, 2024

Buy now

spot_img

Travaux du dialogue national : Ces défis qui risquent de plomber la commission politique

Les huit commissions du dialogue national ont procédé le vendredi 9 juin 2023, au lancement officiel des travaux marquant le début de leurs activités. Au centre de toutes les attentions, au regard de sa lourde mission consistant à proposer des pistes de solutions à la crise politique actuelle, la commission politique devra surmonter plusieurs défis liés au temps relativement court, au boycott de plusieurs partis membres de la plateforme F24 et de la coalition Yewwi Askan wi, mais aussi au choix des membres de son comité d’experts indépendants.

Le compte à rebours du dialogue national a été lancé hier, vendredi 9 juin, avec le démarrage officiel des travaux de toutes les commissions. La commission politique qui centralise toutes les attentions n’a pas été en reste.

Convoqués à la Direction générale des Élections, les représentants des différentes entités politiques ont pu assister à cette première journée consacrée au partage des documents compilant les propositions des termes de référence, déposées par chaque entité. Après cette rencontre, tous les acteurs se sont donné rendez-vous le lundi 12 juin prochain, pour le début des discussions qui devraient être précédés par l’amendement du document de compilation des propositions de termes de référence distribués, vendredi.

Toutefois, il faut signaler que plusieurs défis attendent cette commission politique qui n’a que deux semaines de travaux pour livrer des propositions fortes, tendant à faire renaitre le consensus autour des règles du processus électoral que le régime en place a enterrées, avec ses nombreuses modifications tendancieuses du Code électoral consensuel de 1991.

Le premier défi, au-delà du boycott de ses travaux décidés par la majorité des partis de l’opposition regroupés au sein de la coalition Yewwi Askan wi, qui incarne aujourd’hui la principale force de l’opposition (en termes de poids électoral), est sans doute celui de la mise en place du comité d’experts indépendants qui sera chargé de conduire ces travaux.

En effet, le professeur Babacar Kanté pressenti pour diriger cette commission politique, est présentement hors du territoire. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle la rencontre de lancement d’hier a été présidée par Tanor Thiendella Sidy Fall, le Directeur général des Élections.

Outre cette absence du professeur Kanté qui avait pris les choses en main après le rappel à Dieu de l’ancien ministre de l’Intérieur, le doyen Mazide Ndiaye et le Pr. Aliou Sall qui faisaient également partie de cette équipe choc de feu du général Mamadou Niang, sont indisponibles.

Le premier nommé est actuellement alité (puisse Dieu lui redonner la santé) et le second qui était également juge au niveau de la Cour de justice de la Cedeao, est actuellement en mission aux Nations-Unies.

Toujours sur cette liste des défis qui attendent cette commission politique, il y a également ces différents points déjà abordés lors des précédentes concertations, mais bloqués par le refus de la majorité en place.

Il s’agit, entre autres, de la question du parrainage, du financement des partis politiques, de la nomination d’une personnalité neutre à la tête du ministère des élections, du bulletin unique, de la suppression de la notion de candidat électeur que le régime en place a fait insérer dans le Code électoral et qui est à l’origine de l’invalidation des candidatures de Karim Wade, Khalifa Ababacar Sall, en 2019, pour ne citer que ceux-là.

Sud Quotidien

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles