25.3 C
New York
lundi, avril 15, 2024

Buy now

spot_img

Réflexion sur le report des élections, par Samuel SARR

Aujourd’hui, l’on sent, une prégnante nécessité de reporter la présidentielle. Les arguments fournis par le Chef de l’Etat Macky SALL, sont assez explicatifs, justes et honnêtes. Et les patriotes attachés aux valeurs républicaines, à l’Etat de droit et à la démocratie, doivent s’engager sans réserve pour accompagner les prochaines directives qui seront annoncées pour l’organisation d’élection transparente et inclusive.

Du moment que le report est acté par une décision présidentielle qui a fixé la date au 25 Août 2024, il faudrait que la classe politique se retrouve pour fixer les conditions et désigner les acteurs.

Il faut reconnaitre et saluer la sagesse de la décision du président de la République. Car, tout était réuni pour que le pays sombre dans l’irréparable si le processus électoral décrié et porteur de bactéries destructrices, n’avait pas été abrégé. La confiance n’existait plus entre les candidats (recalés et validés) et le Conseil Constitutionnel appelé demain à donner le résultat des élections et à statuer sur les recours. Le Conseil constitutionnel était disqualifié aux yeux des électeurs et des candidats du fait des actes maladroits, injustifiés que les 07 juges ont posé. Par exemple :

1-Comment valider le dossier d’un candidat en prison ? En prenant cette décision, le Conseil Constitutionnel s’immisce dans la procédure d’instruction enclenchée par le Doyen des Juges. D’ailleurs, c’est ce qui explique, le rejet de la demande de liberté provisoire. Le Juge en charge du dossier a fait état de sa totale indépendance face aux actes maladroits posés par le Conseil Constitutionnel. En d’autres termes, le Doyen des Juges a voulu montrer au Conseil constitutionnel qu’une personne sur qui repose certaines charges, (entreprise terrorisme, atteinte à la sureté de l’Etat etc…), ne peut pas être candidat, même si son nom est sur les listes électorales. De surcroît, cette personne est membre clé d’un parti dissout pour des délits et crimes aussi graves les uns que les autres.

2-Comment le Conseil Constitutionnel a-t-il pu rejeter la candidature de Karim WADE pour une bi nationalité ? La sortie dans la presse des preuves de la double nationalité de Mme Rose WARDINI a créé un malaise dans le groupe des 07 Sages. Car, cela vient juste confirmer que le travail a été bâclé par les juges constitutionnalistes. Ces derniers n’ont pas pris la peine de vérifier les déclarations des candidats. Ainsi, la mise à l’écart de Karim WADE ressemblait à un acharnement et un ciblage que rien ne pouvait justifier. Rappelons qu’au moins 03 autres candidats admis à la présidentielle, disposent d’une double nationalité. Si tous les citoyens sont égaux devant la loi, pourquoi refuser à Karim WADE, ce qu’on a autorisé à d’autres candidats ? Est-ce parce qu’il est de teint clair, competent pour la fonction ayant été Ministre d’Etat de la République du Sénégal.

Il faut repartir sur de nouvelles bases en créant les conditions de la tenue d’une élection sincère. Un scrutin inclusif suppose la participation de tous les candidats qui remplissent les conditions au plan politique et juridique. Pour cela, il faut un consensus fort pour le report de l’élection afin d’engager un dialogue ouvert pour fixer ensemble les modalités. Rien ne devrait s’opposer à la tenue d’un dialogue national avec les 97 candidats, les partis politiques et la Société civile intéressée. Nous pouvons y inviter à titre d’observateurs nos partenaires comme l’Union Européenne

Au cours de ce dialogue, faudra-t-il permettre aux candidats en prison d’y participer à l’élection ? Faudra-t-il supprimer le parrainage citoyen ? Est-il nécessaire de mettre en place d’un nouveau Conseil Constitutionnel ? Faudra-t-il s’accorder pour remonter la caution à 100 millions pour les présidentielles non remboursable si moins de 5%, 10 millions pour être député, 5 millions pour être maire ?

Faudra-t-il s’accorder pour tenir des élections générales afin d’éviter d’organiser un scrutin tous les 02 ans, qui plongent le pays dans une campagne élection, sans fin, avec des conséquences néfastes sur les économiques ?

Voilà, quelques sujets assez importants pour être portés sur l’ordre du jour des débats au cours du dialogue, afin de jeter les jalons d’une stabilité politique durable.

Aujourd’hui, il est évident que le candidat sortant n’a plus aucun intérêt. Et sa première préoccupation, c’est d’organiser des élections démocratiques et de quitter le pouvoir dans la meilleure des conditions politiques et sociales. C’est le sens qu’il faut donner à cet engagement ferme du président Macky SALL devant le peuple sénégalais et devant toute l’Afrique. D’ailleurs, sa décision renouvelée de ne pas briguer un nouveau mandat a été saluée par l’ensemble des partenaires du Sénégal et par les Organisations internationales.

Le président Macky Sall est plus que jamais déterminé, à apporter ces grands changements qui renforceront davantage l’image du Sénégal, vitrine de la démocratie africaine.

Par Samuel SARR
Ancien Ministre d’Etat
Président du Libéralisme Social Sénégalais

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay Connected

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles