Voici le partisan de Sonko qui a renvoyé Pape Alé Niang en prison

0
192

Pape Alé Niang est encore tombé dans les mailles de la Justice. Le journaliste, récemment sorti de prison, est de nouveau dans les liens de la détention. Pourtant les membres de la coordination des associations de presse (CAP), des acteurs de la politiques et de la société civiles se sont dûment battus pour lui « donner » une liberté provisoire. Mais le patron de Dakar Matin a été imprudent. A peine sorti de prison, il a été guidé par ses émotions. Pape Alé est tombé dans le piège tendu par un des plus grands défenseurs de Ousmane Sonko. Une nouvelle arrestation qui fera sûrement couler beaucoup d’encre et de salive dans le contexte actuel.

pape
Mamadou Niasse Alias Mollah Morgun

Pape Alé Niang (PAN) aurait dû remuer la langue sept fois avant de parler avec Mollah Morgun. Le live que ce dernier a fait sur les réseaux sociaux lui a ouvert les portes de la prison. Le juge du deuxième cabinet, Mamadou Seck l’a placé sous mandat de dépôt. Le patron de Dakar Matin a été interpellé hier, alors qu’il était sous contrôle judiciaire. Il lui est reproché de ne pas avoir respecté les termes de ce contrôle judiciaire. Ce, en se prononçant sur des éléments de son instruction lors d’un Live de l’activiste Pro-Sonko. Un retour en prison qui a poussé le confrère à reprendre sa grève de la faim…

Si c’était en temps guerre, on aurait dit que le journaliste a commis une erreur stratégique. Parler du dossier alors qu’il était sous contrôle judiciaire, est une véritable bêtise. Et pourtant lorsqu’il a pris la parole dans le live, il avait promis de ne pas parler de l’affaire qui lui a valu la prison.

Mais à force de parler avec Mollah, le confrère ne se rendait même plus compte qu’il était à fond dans le dossier. Pourtant Mollah pouvait être un modérateur en évitant au journaliste de déraper. Malheureusement, ce fervent défenseur du leader du parti des patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) a préféré laisser Pape Alé se jeter dans la gueule du loup.

Mollah n’est pas sans savoir que le régime n’attendait qu’un petit faux pas de Pape Alé pour renvoyer le PAN dans la cage. En l’invitant dans ce live, il a offert à ses adversaires la possibilité de le ferrer. Le journaliste a aussi été imprudent en s’en prenant au chef de la Police. Le post qu’il a fait sur Seydou Bocar Yague, post qu’il a ensuite supprimé, était une erreur monumentale. S’il était bien conseillé, PAN ne se serait pas lancé dans cette entreprise dangereuse. En voulant montrer qu’il n’avait pas prêté le flanc, il s’est laissé duper par ses amis patriotes.

pape
Le journaliste Pape Alé Niang, administrateur du site Dakarmatin

Après le combat de principe mené par la presse, Pape Alé aurait pu revenir d’une autre manière. Avec sa liberté provisoire, il pouvait envoyer un grand coup dans la fourmilière présidentielle. Les scandales étalés par le dernier rapport de la Cour des comptes, et dans lequel les membres du pouvoirs sont cités, étaient un excellent moyen de faire son come-back sans être victime de l’article 127 du Code Pénal. Pape Alé aurait dû penser à tous ces journalistes qui ont abandonné leurs postes uniquement pour inviter le gouvernement de Macky Sall à respecter la liberté de la presse.

Cette nouvelle arrestation doit servir de leçon à Pape Alé Niang. Sa proximité avec le maire de Ziguinchor a fait de lui une cible. S’acoquiner avec les défenseurs de Ousmane Sonko ne fera que lui attirer davantage des ennuis. Le plus désolant dans l’histoire est que la personne qui l’a invité dans ce live est bien au chaud au moment où il s’est lancé dans une grève de la faim. Pape Alé doit sortir fort de cette histoire. Mais il doit aussi être plus vigilant et éviter les pétards mouillés de personnes qui se réclament patriotes alors qu’elles sont loin de l’être. Voilà son véritable combat de l’heure.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici