[Retro 2022] Élections locales : Coup de semonce pour le Macky

0
155

Seneweb revient, en cette fin d’année, sur les faits marquants de l’actualité en 2022. Année marquée par deux élections : les municipales et les législatives. Les premières ont sonné comme un avertissement pour le camp du pouvoir, qui a subi des revers cinglants dans les grandes villes.

Comme lors de chaque élection municipale, les yeux sont d’abord braqués sur Dakar. La capitale et sa région continueraient-elles de faire dissidence face à la mouvance présidentielle ? Oui puisque la principale coalition de l’opposition, Yewwi Askan Wi,  a tiré son épingle du jeu avec notamment l’élection de Barthélémy Dias comme maire de la capitale. Le Maire de Mermoz Sacré Cœur a surtout bénéficié du soutien de poids de Khalifa Sall, ex maire de la ville, qui a misé sur lui plutôt que Soham Wardini, son ancienne adjointe et successeure. La premiere femme maire de Dakar a été par la suite investie par la coalition Union Citoyenne Bunt Bi. Sans succès, puisque Soham est largement devancé par Barth et n’arrive qu’à la quatrième place.  Barth, pour sa part, peut bander les muscles : les candidats de sa coalition ou de l’opposition raflent également la mise dans la grande banlieue de la capitale ou dans des villes importantes de la région  : Yoff, Patte d’Oie, Fann-Point E-Amitié, Parcelles Assainies, Guédiawaye, Sangalkam, Golfe Sud, Yeumbeul Sud, Rufisque… Yoff est d’ailleurs le symbole de la berezina présidentielle dans la capitale puisqu’un un jeune socialiste du nom de Seydina Issa Laye Samb, peu connu du grand public, a battu  le maire sortant de la localité, Abdoulaye Diouf Sarr, et tête de liste dans la capitale de BBY.

Victoires emblématiques de l’opposition, le pouvoir clame son hégémonie nationale

Globalement, l’opposition a tiré son épingle du jeu lors de ce scrutin de janvier 2022 en remportant quasiment toutes les grandes villes. À Thiès, Dr Babacar Diop a remporté la mise alors qu’à Guédiawaye, Ahmed Aidara réussit l’exploit de faire tomber Aliou Sall, frère du Président.

A Ziguinchor, Ousmane Sonko, principal opposant au régime du président Macky Sall a montré à la face du monde qu’il détenait une base solide. C’est par un score à la soviétique que le leader des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) a battu ses concurrents, notamment Abdoulaye Baldé maire sortant, confortant ainsi sa légitimité.

À Kaolack, l’homme d’affaires, Serigne Mboup, remporte la palme à la surprise générale  pour son coup d’essai.

Malgré ces revers emblématiques, le pouvoir revendique la victoire sur le plan national. Le camp de Macky Sall reste hégémonique dans la vallée du fleuve Sénégal (Nord), du Walo au Fouta-Toro. De Saint-Louis à Matam, en passant par Dagana et Podor, BBY affirme son leadership. La coalition présidentielle remporte au total 438 communes.

Mais à la sortie de ces locales,  la plupart des observateurs sont unanimes pour reconnaître que Macky Sall est sorti affaibli de ce scrutin. « Si l’on additionne les suffrages qu’elle a recueillis, la majorité présidentielle n’atteint pas la majorité absolue à l’échelle nationale, indique l’expert électoral Ndiaga Sylla. Sur un fichier de 6,6 millions d’électeurs, avec un taux de participation tournant autour de 50 %, on arrive à 3,3 millions. Or BBY a engrangé quelque 1,5 million de suffrages. »

Les élections législatives ont confirmé son analyse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici