Freestyle d’une Sokhna : « Le devoir et nous autres » ( Par Amal Medina)

0
367

Le devoir pourrait s’apparenter à la part de responsabilité qui incombe à tout un chacun vis-à-vis du créateur, de lui-même, des autres et de la société.

Cependant, afin de relever ce défi, étant donné que nous sommes tenus à priori d’apprivoiser un facteur déterminant à savoir le sens du devoir en lui-même; identifier nos responsabilités et nous y atteler requiert une affirmation de soi découlant toutefois d’une connaissance claire du pourquoi de notre présence terrestre, de l’enjeu du contrat et bien entendu de nos prédispositions individuelles.

Par ailleurs, la nature de la relation entre l’homme et son créateur reste d’intérêt à sens unique pour l’individu bien entendu puisque lui devant toute chose, ayant un besoin vital pour tout de lui sans qu’il n’y ait la moindre petite contrepartie .

Par conséquent, c’est d’une logique simple d’attribuer d’emblée des devoir à l’endroit du créateur commençant par celui de la gratitude et la reconnaissance.

S’agissant de l’individu face à lui-même, les terme devoirs et responsabilités demeurent moindres, en effet comme le stipule l’adage : « CHARITÉ BIEN ORDONNÉE COMMENCE PAR SOI-MÊME « . Dès lors, nous sommes clairement tenu d’honorer notre part du pacte avec notre personne d’où le devoir de nous aimer, nous respecter, nous protéger et nous élever entre autres. Cela reviens simplement à instaurer cette équilibre dans notre quotidien.

Parlant à présent de ce qui nous lie à nos paires, justement il n’y a pas lieux de réflexions poussées vue qu’il est simplement question de réciprocité et d’éthique.

En effet, il est d’une efficacité objective d’agir avec l’autre comme on agirait avec soi en d’autres termes faire preuve d’une éthique bienveillante envers tout interlocuteur.

Par conséquent, si toutefois l’être humain présente de la gratitude en soi en faveur de son créateur, use de bienveillance envers lui-même et ses paires, il est d’une évidence manifeste que son rapport à la société en devient des plus saine et excellente.

Selon une approche de cause à effet, cette relation exprime une suite logique de celle qui l’eu précédé. A cet instant précis, il nous devient toutefois facile d’entretenir un rapport d’idéal avec la société à savoir joindre notre pierre à l’édifice de sa perfection, ce qui intrinsèquement participe favorablement au développement de l’homme dans tout son sens. Sachant qu’il est favorable à tout individu d’assimiler le sens du devoir dès ses jeunes années grâce notamment au principe de l’enfant qui calque son caractère et ses habitudes de vie à travers ses figures parentales.

En définitive, d’après cette analyse ci-dessus qui représente le devoir de l’être humain face à toutes ses entités, il s’avère clairement raisonnable d’admettre cette effet indéniable à la fois positif et constructeur à part entière que procure le sens du devoir dans la vie de l’individu. Néanmoins s’il s’avère faire défaut, devrons nous pas revenir à la source et juste nous poser cette question des plus personnelle : OÙ EN SOMMES NOUS DANS NOTRE RELATION AVEC DIEU?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici