Bacary Domingo Mané : « Ce qui risque de se passer si on amnistie Karim Wade et Khalifa Sall »

0
144

La possible amnistie de Karim Wade et de Khalifa Sall est au cœur des débats depuis qu’un projet dans ce sens a été évoqué en Conseil des ministres, la semaine dernière. Alors que Mimi Touré parle d’un deal politique, tout comme Ciré Sy qui craint des manœuvres contre Ousmane Sonko, Bacary Domingo Mané a lui aussi donné son avis.

Interrogé par Senego, l’analyste politique a lui aussi évoqué des intérêts inavoués du président Macky Sall. D’après lui, l’amnistie n’est pas la bonne solution pour les deux leaders politiques.

→ A LIRE AUSSI : Ciré Sy explique ce que Macky prépare: « Si Karim et Khalifa sont amnistiés, Sonko ne sera pas candidat en 2024 »

« Le Code électoral en son article L 29 et L30, règle la question, si réellement si ce qui est dit dans le communiqué du Conseil des ministres vise à permettre à Khalifa Sall et à Karim Wade de recouvrer leur droit de vote, on n’a pas besoin de passer par la voie de l’amnistie. Ce qui risquerait de se passer si on adopte cette position, puisqu’on amnistie les faits, et non les personnes, d’autres Sénégalais qui se retrouveraient dans le même cas de figure vont bénéficier de la mesure. Or, nous avons besoin d’un pays où on fait de la gestion transparente une exigence. Si on est inscrit dans cette voie, je ne pense pas que l’amnistie soit la voie royale pour régler la question. Faut le rappeler, Khalifa Sall et Karim Wade n’ont jamais perdu leurs droits de vote. Pour qu’ils les perdent, il fallait qu’un juge prononce une peine complémentaire, et cela n’a jamais été le cas », a-t-il déclaré.

« Si nous voulons régler la question du droit de vote de Khalifa Sall et de Karim Wade, il faut retoucher les articles L29 et L30 pour qu’ils recouvrent définitivement leurs droits civiques, sinon, ce que je crains, derrière ce projet d’amnistie, c’est qu’il y ait des visées inavouées qui consisteront à protéger tel ou tel individu, et c’est le Sénégal qui en pâtit. On n’a pas besoin de cela, aujourd’hui, nous devons nous inscrire, à commencer par le président de la République, dans la gestion transparente. Et, il appartiendra à la justice de faire son travail pour ceux qui sont soupçonnés d’avoir pris des deniers publics, dans la mesure où l’amnistie efface les faits. Donc, cela aurait suffit simplement de retoucher les articles L29 et L30 pour régler la question de Khalifa Sall et de Karim Wade.
Je pense que les députés de l’opposition certainement ne laisseront pas passer cet état de fait, puis qu’ils auront la possibilité, au nom du peuple, de faire valoir leurs points de vue pour la gestion des deniers publics », ajoute-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici