Allodakar.sn

Atelier sur violences sexuelles: les journalistes de Diourbel formés pour un traitement médiatique adéquat.

Les journalistes de Diourbel ont été formés par l’Association des Juristes Sénégalaises (AJS) dans le cadre du traitement médiatique adéquat des violences sexuelles ce lundi 15 mai 2023 dans la grande salle des conférences de la gouvernance de Diourbel.

Après le mot de bienvenue du gouverneur Ibrahima Fall, un module sur les violences sexuelles portant focus sur la loi criminalisant le viol et la pédophilie présenté par Madame  Aïssatou Kanté, magistrat, conseillère à la cour d’appel de Dakar, puis un second sur les violences sexuelles: constat et caractéristiques du traitement médiatique ont permis de camper le décor. Ces deux modules ont éclairé la lanterne de certains qui ne maîtrisaient pas les arcanes de la gestion d’une affaire de viol ou de violences sexuelles.
Avec beaucoup de pédagogie mais aussi d’arguments, le magistrat a permis d’instaurer des débats féconds entre formateurs et journalistes qui ont trouvé beaucoup d’intérêt à cette formation.
Les journalistes ont eu droit à deux autres modules présentés par Monsieur Mame Gor Ngom, journaliste formateur, Auteur.
Le premier ayant trait au constat et caractéristiques du traitement médiatique et le second qui indiquait ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire devant un cas de viol ou de violences sexuelles.
Ces deux modules ont suscité beaucoup de discussion et cela a permis aux journalistes d’avoir une idée nette et claire pour un traitement équitable en cas de violences sexuelles.
Le Sénégal qui a criminalisé le viol l’a fait parce que les violences faites contre les femmes ne sont pas des questions mineures, tout juste bonnes à etre traitées sous forme de brèves ou de faits divers. Il ne s’agit pas d' »incidents » isolés, d’affaires familiales privées, mais bien de très graves problèmes de société. Le viol et la pédophilie sont des violences sexuelles très graves qui détruisent la vie des victimes particulièrement des femmes et des jeunes filles concernées.
Les professionnels des médias peuvent contribuer à briser le silence. C’est tout le sens de cet atelier de formation à Diourbel.
Quitter la version mobile