ATELIER DE LANCEMENT DE LA GESTION BUDGETAIRE 2024 Le Ministre Moustapha Ba outille pour un budget 2024 de plus de 7 mille milliards

0
736

L’atelier de lancement de la gestion budgétaire  a démarré hier, en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Moustapha Ba. Homme du sérail il est revenu sur les contraintes qui ont ralenti les prévisions de l’année dernière, avant de les armer pour l’exécution de celui de cette année qui passe à  7003,6 milliards de FCFA 

 Face à des spécialistes chevronnés venus participer  à l’atelier de lancement de la gestion budgétaire 2024, le ministre des Finances et du Budget, homme du sérail, a rappelé à ses vis-à-vis du jour les facteurs externes et internes ayant contraint à la baisse des objectifs du budget précédent : tensions géopolitiques avec la poursuite de la guerre russo-ukrainienne et la crise israélo-palestinienne. Des imprévus que sont venus corser les tensions politico-sociales que le Sénégal a vécues l’année dernière.

N’empêche « le budget de 2024 est arrêté en recettes et en dépenses pour un montant historique de 7003,6 milliards de FCFA ».

Ce budget, a soutenu Monsieur le Ministre M Moustapha Ba, « est bâti sur une stratégie de consolidation et de souveraineté budgétaires, avec comme priorité absolue, le renforcement des secteurs stratégiques afin de maintenir la trajectoire d’émergence économique, la poursuite du soutien à l’agriculture, à l’élevage, à la pêche, pour accroitre la souveraineté alimentaire, renforcer la sécurisation du territoire, des personnes et des biens et la résilience aux effets des changements climatiques ». Autrement, l’ambition d’un « Sénégal émergent » reste intacte. Mieux elle est de plus en plus à portée de main, « la croissance est projetée à 9,2% portée certes par la production des hydrocarbures, mais également adossée sur le dynamisme des autres secteurs de l’économie, capitalisant dix (10) années de mise en œuvre de plans d’actions prioritaires, de réformes et d’investissements physiques et sur le capital humain », a assuré le technocrate Ministre de l’Economie et des Finances, Moustapha Ba. Ainsi, a-t-il garanti : « L’exécution budgétaire 2024 sera marquée par la poursuite de la mise en œuvre de réformes visant à renforcer la transparence budgétaire, l’efficacité de la dépense et la facilitation de la reddition des comptes ».

C’est dans cette perspective que travaillent les participants à l’atelier lancé hier.

En clair, a détaillé le Ministre de tutelle, ils  plancheront, essentiellement, sur « les problématiques essentielles liées à la mobilisation des recettes de l’Etat, à la passation des marchés publics, à la prise en charge, au plan comptable, des dépenses et à la gestion de la trésorerie » ; ceci, « dans une perspective d’enrichissement mutuellement bénéfique, qui met en exergue l’expertise et l’expérience de l’ensemble des parties prenantes à l’exécution budgétaire ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici