PRESIDENT HABIB NIANG : « And Suxali Sénégal » « Pour parer à un éventuel confinement, nous avons… »

Entre les mots, avec une rare pertinence, Habib Niang évoque sans égratigner les blocages qui plombent la reprise en mains de Thiès. Le nouvel homme fort de la cité du rail révèle le secret de la bataille du pouvoir contre IdrissaSeck. Le président de « And Suxali Sénégal » promet de renverser la tendance politique locale avec des actes innovants qui impactent les populations. Président Habib Niang sedévoile pour Kritik et révèle sa stratégie avec la base pour éviter aux populations de vivre les affres du confinement. L’instant est grave, les Maires ont été impliqués dans la distribution de l’aide alimentaire dégagée par l’Etat. Pourtant, certaines populations craignent d’être laissées en rade. Vos pairs ont-ils réellement compris les enjeux de cette opération ? Bien sûr qu'ils ont compris, les enjeux sont énormes et le Président veille au grain pour que tout se passe comme prévu. Les maires doivent être impliqués même si les populations craignent un détournement d'objectifs ce qui, à mon avis, ne va peut-être pas se produire. Car, plusieurs entités ont été impliquées dans la distribution, à savoir l’armée, car avant même la décision du chef de l’Etat de les inclure, les populations demandaient à ce que l’armée fasse la distribution. Malgré cette assistance aux populations, le risque est encore énorme que le pays arrive au confinement. Comment préparez vous, avec les populations, cette éventualité évoquée par le président Macky Sall ? Effectivement, le risque reste énorme car, avec la transmission communautaire, tout n’est pas encore joué. Pour parer à un éventuel confinement total, nous avons (Mouvement And Suxali Sénégal ak Habib Niang) pris les devant en distribuant 13 tonnes de riz, 1,5 tonnes de sucre, entre autres produits dont les ménages ont besoin. Nous avons ciblé les femmes des groupements du mouvement d’abord, ensuite les Daaras et les imams. Les jeunes de mon mouvement ont fait une opération de distribution des denrées alimentaires dans toute la zone Nord afin de toucher encore plus de familles en difficulté. Je pense, qu’avec l’aide alimentaire que chef de l’Etat va distribuer pour 1 millions de ménages – certes le confinement total sera difficile -, mais les gens pourront le supporter, le temps que les choses reviennent à la normale. Mais je pense que si tout le monde respecte les consignes comme il faut, nous pourrons ne pas en arriver au confinement total. Au niveau de Thiès, le Maire de ville Talla Sylla s’est plaint du quota accordé à Thiès. C’est quoi la situation des besoins estimés au niveau administratif ? Honnêtement, je pense que, dès qu’on a annoncé la répartition des quotas, beaucoup se sont plaints mais après les éclaircissements, les choses sont rentrées dans l’ordre. D’ailleurs, le président a réceptionné 146 mille tonnes de vivre, ce week-end, destinées aux ménages les plus démunis. Et la distribution va démarrer dans les plus brefs délais. Vous êtes devenu bien visible sur le plan local avec vos dernières actions humanitaires. Président Habib Niang a-t-il un agenda politique ? Évidemment que j’ai un agenda politique ! Je suis juste en parfaite cohésion avec le slogan de mon mouvement qui est d’être près de la population. Quand je me suis lancé dans la politique, j’avais une idée bien précise de la politique, c’est-à-dire faire la politique autrement, servir la population et non se servir de la population. Chaque week-end, je suis à Thiès à la rencontre de mes militants et sympathisants dans le but d’élaborer des stratégies pour sortir notre commune de la léthargie dans laquelle elle se retrouve. Pour vous dire que nous avons une nouvelle approche politique, différente de celle que les populations connaissaient. Vous êtes dans la mouvance présidentielle mais, au niveau local, les responsables de l’Apr ne vous font pas assez de place. Comment vivez-vous ce compagnonnage politique ? Est- ce que cette situation n’est pas préjudiciable à l’action du chef de l’Etat ? Le mouvement ‘’And Suxali Sénégal ak Habib Niang’’ est indépendant et je suis un allié du président Macky Sall, je soutiens ses actions, tant politique que sociale. Je n’ai pas de problèmes avec les responsables de l’Apr au niveau local, le seul fait est que nous devons dépasser cette guéguerre entre leaders qui ne sert pas le président de la République Macky Sall. Et je ne cesserais de dire tant que nous ne serons pas
unis, les résultats au niveau de Thiès vont changer difficilement même si la tendance commence à être renversée.
Votre génération aura du mal à éclipser des ténors comme Idrissa Seck. C’est quoi le problème ? Manque de niveau politique oucarence personnelle des challengers jusque-là mis en selle pour faire face au patron de Rewmi ?
Je ne pense pas que ce soit un manque de niveauou de charisme politique. Non. Et la dernière élection présidentielle nous a montré une légère baisse de la force de Rewmi. Le véritable problème, ce sont les personnes que l’on envoie ou qui dirigent les listes. Parce que si les têtes de la mouvance ne sont pas bien appréciées, le résultat sera en faveur du Rewmi. C'est pourquoi, il faut écouter la population, aller dans le sens de la laisser choisir qui elle veut, pour la diriger, c’est là l’utilité du parrainage qui va permettre de savoir exactement qui peut et qui ne peut pas. Quel est le poids réel des mouvements politiques à Thiès ? Les mouvements ont apporté de la valeur ajoutée à l'Apr. Le mien par exemple a fait un travail de titan pour amener à nouveau les populations qui avaient tourné le dos à la politique et aux hommes politiques. Et à bien y réfléchir, le président doit compter avec les mouvements pour espérer reprendre les reines dans la région de Thiès. Parce que les mouvements ont beaucoup contribué dans la reprise de certaines zones. Le mouvement ‘’And Suxali Sénégal’’ est incontournable sur la scène politique de Thiès. Les cartes d’adhésion se vendent comme des petits pains. Et puis, on note de plus en plus l’adhésion des jeunes qui se sont appropriés le mouvement et sont devenus les porte-voix du mouvement dans tous les coins et recoins de Thiès. Notre mouvement est l’un des mouvements qui est capable de mobiliser du monde sans avoir à leur donner quoi que ce soit.

Revenons sur la pandémie pour évoquer le plateau médical Thiessois. C’est un secteur pour lequel les élus locaux sont moins actifs
alors que c’est le nerf de la guerre. Qu’avez-vous fait sur ce plan ? La première action que nous avions faite dans le cadre de la riposte contre la Covid19, c’est d’aller remettre un important lot de matériels comportant de kits hygiéniques, des masques et gels antiseptique au gouverneur de la région de Thiès pour soutenir les efforts de l'Etat pour permettre aux personnels de santé de pouvoir se protéger. Je ne dirai pas que les élus sont moins actifs surce secteur car, à mon avis, chacun y va avec sa stratégie pour vaincre le coronavirus. Les petites économies risquent de s’écrouler si la pandémie dure, avez-vous prévu des plans- programme pour l’après Coronavirus ?  Vous savez notre mouvement est un mouvement de développement socio-économique en plus d'être politique. Composé de 75% de femmes, nous sommes en train de penser à des programmes de sortie de crise. Il est vrai que, après cette pandémie, déjà que les petits commerces souffrent, la situation sera encore plus difficile. Mais comme je l’ai dit, avant cette maladie, nous avions des programmes de développement socio-économique pour les femmes et pour les jeunes. Malheureusement, avant même qu’on ne puisse les démarrer, le coronavirus nous est tombé dessus. Après cette crise, nous allons dérouler notre feuille de route comme prévu en amont pour aider nos militants à faire face à la situation.

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de