Ciré Clédor Ly : « Pourquoi nous avons boudé »

Les avocats du maire de Dakar et de ses codétenus, jugés en appel, ont quitté la salle avant que l’audience ne soit levée. Ciré Clédor Ly, avocat de Khalifa Sall donne les raisons qui les ont poussés à quitter la salle.

Ils n’ont pas l’intention de respecter la décision de la Cour de la Cedeao

« Nous avons décidé de quitter la salle d’audience parce que nous avons compris que l’institution judiciaire a un calendrier conforme au calendrier des pouvoirs politiques. L’institution judiciaire veut simplement légitimer des condamnations pour parvenir à des fins politiques.

C’est la raison pour laquelle, constatant que nos droits élémentaires qui devraient nous permettre non seulement de disposer des facilités et des délais nécessaires pour la préparation du dossier a été rejeté nous avons pris nos responsabilités pour montrer que nous ne sommes pas dans un procès équitable. C’est parce qu’ils n’ont pas l’intention de respecter les décisions rendues par la Cour de justice de la Cedeao que nous avons décidé de quitter la salle. »

C’est une parodie de justice

« La suite, on verra qui est-ce qu’ils vont juger. En tout état de cause, un avocat c’est quelqu’un qui défend des droits. Lorsqu’il constate des violations manifestes, qui l’empêchent de défendre convenablement, il n’a rien à faire dans une salle d’audience. C’est une parodie de justice. Il ne peut pas avoir de jugement dès l’instant que l’arrêt de la Cour de Cedeao qui s’impose à toutes les juridictions de l’État dit que le procès est inéquitable. Mais le plus grave, c’est que la Cour d’appel prend la place du Conseil constitutionnel et examine une requête en inconstitutionnalité de la loi. Cela veut dire qu’ils sont prêts à tout. »

Actualités