Ousmane Sonko, Président du Pastef expose ses limites devant une affaire qui l’induit en erreur ..

Honoré par une importante population, pour ne pas dire toute une jeunesse, Ousmane Sonko depuis ses premières apparitions dans le monde de la politique agrandit son espace du jour au lendemain. Ces gens-là savaient bien qu’ils ont été convenus; même pas par le bien matériel ni par des simples promesses. Ils ont accepté de changer d’attitude, de visions grâce à l’humilité et la véracité qu’ils croyaient avoir toujours chez O. Sonko, le président du Pastef. Mais tout est devenu vain aujourd’hui, si ce monsieur qui méritait tout le respect et la considération d’une jeunesse consciente se permet de dire certaines choses irrespectueuses. Des propos qui peuvent engendrer ou même porter plus loin certains de ses partisans.

«C’est moi qui ai fait l’audio et l’ai envoyé à Serigne Cheikh alors que je revenais de Saint-Louis. Ceci est un piège que je leur ai tendu. Je ne suis pas assez léger pour commettre une bêtise pareille. Et je visais deux choses : informer sur la date de cet entretien qui avait eu lieu en 2013 et faire savoir que je l’avais accepté en tant que secrétaire général honoraire du syndicat des impôts et domaines L’audio, je l’ai fait le 29 septembre et je l’ai envoyé à Cheikh Issa Sall. Nous l’avons fait exprès car je savais qu’ils allaient sortir un témoin et eux tous sont du même parti. Je savais que Cheikh Issa Sall allait envoyer l’audio à Mansour Faye», déclare Ousmane Sonko dans une défaillance totale.

Ce jeu de cet homme politique risque de ne pas plaire à une masse de personnes qui attendaient toujours sa victoire devant leurs adversaires politiques. Mais cette fois-ci, ça sent déjà une défaite dans le camp du Pastef.

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de