« Nous sommes traités comme le virus » : dans une ville chinoise, des Africains chassés de chez eux



Des hommes d’affaires chassés de leurs hôtels

Francis a rejoint d’autres Africains, eux chassés de leurs hôtels. Dans une vidéo publiée lundi 6 avril sur Twitter, on les voit devant un poste de police. L’un d’eux s’adresse manifestement à la police chinoise : « Il y a beaucoup de Chinois en Afrique, les Chinois habitent dans mon pays. Nous n’avons rien fait aux Chinois. Regardez ce qu’ils font. » Il répète plusieurs fois. Selon Henry, qui est Nigérian, il s’agit dans ces vidéos d’hommes d’affaires chassés de leurs hôtels. Certains de ses amis en font partie. Henry est arrivé à Guangzhou le 18 mars pour faire du commerce. Depuis, il a dû changer d’hôtel deux fois et effectuer deux quarantaines.

Tout a commencé quand les autorités nous ont fait sortir de nos hôtels pour nous mettre en quarantaine. On nous a emmenés dans un hôtel un peu plus cher que celui où nous étions. Les docteurs ont vérifié notre température tous les jours et nous ont testé au coronavirus. Après 14 jours, nous avons pu sortir. Nous avons donc quitté l’hôtel et sommes retournés dans notre premier hôtel, où nous avons dû effectuer une nouvelle quarantaine.

Mais certains de mes amis n’ont pas pu revenir dans leur premier hôtel. Les propriétaires ont refusé, ils ont affirmé que c’étaient les directives du gouvernement. Mes amis ont dû dormir deux jours dehors. Il pleut beaucoup à Guangzhou en ce moment, et l’un d’entre eux ne se sentait pas bien. La police l’a accusé d’avoir le virus et l’a emmené.

« Notre propriétaire nous a demandé d’emménager pendant la nuit »

 

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de