Mouvement Social islamique: «Nous ferons le travail en se basant sur le Coran, la Sunna et les enseignements de nos saints Hommes», Cheikh Assane Sine

Le mouvement social islamique élargie son terrain. L’ancien Président de l’amicale des Sénégalais de l’Arabie Saoudite occupe désormais le poste d’Ambassadeur chargé des Relations avec les familles religieuses en Afrique de l’Ouest. Une mission noble donnée à une personne social et multidimensionnelle. Cheikh Assane Sine, connu de par ses relations avec les familles religieuses, est un atout incontournable pour faire véhiculer le message du mouvement en Afrique de l’Ouest en général et le Sénégal en particulier. « J’ai travaillé au Consulat à un certain moment en Arabie Saoudite. J’étais comme un médiateur entre les autorités et la communauté. Et j’ai toujours joué le rôle d’un bon diplomate. j’ai de bonnes relations avec les familles religieuses, du Nord au Sud du pays, et sans exception»; rassure l’ambassadeur du mouvement. Selon Cheikh Assane Sine, le but de la création du mouvement social islamique est noble. «Nous avons à la tête de ce mouvement un grand homme qui a beaucoup d’ambitions pour aider ses concitoyens, je veux nommé le Président Elhadji Malick Guèye. Nous allons travailler pour la mise en place des écoles de renommées internationale, de bons centres de santé, accompagner les daaras, mais aussi aussi lutter contre l’utilisation de l’islam à des fins personnelles et la discrimination de l’islam… »; Cheikh Assane Sine de poursuivre, «Nous ferons le travail en se basant sur le Coran, la Sunna et les enseignements de nos saints Hommes».
Concernant l’émigration Clandestine, l’homme social fustige un manque d’accompagnement notoire. « Je suis originaire de walo, c’est un lieu qui regorge beaucoup de potentialités surtout dans l’agriculture. Mais par manque de moyens, les Jeunes de cette Zone n’ont aucune activité porteuse et ne parviennent pas à cultiver la terre. Pour donc lutter le phénomène de l’émigration, l’état doit impérativement aider les jeunes à obtenir un emploi»; soutient-il.
En rebondissement sur l’affaire des centres de redressement, Cheikh Assane Sine affirme que « l’intention de Sérigne Modou Kara Mbacké était bonne. Il a eu à guérir beaucoup de Jeunes (fous, buveurs d’alcool, drogués…) issus parfois des familles aisées, avec tout le risque. Quoi que l’on puisse dire, on doit reconnaître ses efforts. Sur ce point aussi, l’Etat doit créer beaucoup de Centres parcequ’il y a des cas que l’hôpital ne peut guérir».
Par ailleurs, l’ambassadeur chargé des relations avec les familles religieuses en Afrique de l’Ouest appelle les autorités à être plus convaincant et élargir leur communication sur la Covid-19 parceque la maladie est toujours présente et continue son élan de contamination. « Je demande à la population à respecter les mesures barrières édictées par le personnel de santé. Nous avons un bon personnel à l’image de Docteur Seydi»; conclut-il.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments