LDC : le PSG renverse l’Atalanta en 3 minutes et file en demi-finales !

Le PSG s’est qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions, ce mercredi soir, en renversant l’Atalanta (2-1). Choupo-Moting a marqué le but de la victoire dans le temps additionnel.

Le PSG est renversant. Menés 0-1 par l’Atalanta Bergame jusqu’à la 90e minute, les joueurs de Thomas Tuchel ont refait le coup de Madrid lorsqu’ils étaient parvenus à inscrire deux buts coup sur coup le 26 novembre dernier pour tenir le Real en échec (2-2). La différence ? Le club de la capitale ne disputait pas ce mercredi un simple match de phase de groupes : les deux réalisations de Marquinhos (90e) et Choupo-Moting (90e+3) lui ont permis de retrouver des sphères qu’il n’avait plus côtoyées depuis des lustres : cela faisait 25 ans que le PSG n’avait pas atteint les demi-finales de la Ligue des champions.

En attendant de savoir qui de Leipzig ou de l’Atlético de Madrid leur disputera une première finale en C1, le scénario du match en a dit beaucoup sur les difficultés éprouvées par Herrera et ses équipiers. Privé de Di Maria, suspendu, et de Verratti, blessé, le PSG a également évolué pendant une heure sans Kylian Mbappé, et cela s’est vu : à l’exception de Neymar, volontaire mais maladroit (voir par ailleurs), le PSG a peiné à se mettre à la hauteur de l’événement : son milieu a été médiocre dans l’utilisation du ballon ; Sarabia et Icardi, eux, ont été invisibles. Un lien de cause à effet avec la forme physique disparate des deux équipes ? Alors que l’Atalanta a pu aller au bout de la Serie A, le PSG ne disputait que son troisième match de haut niveau post-Covid 19.

Dans ce contexte, le club de la capitale n’a longtemps pu compter que sur les éclairs de Neymar pour exister. Il s’en est également remis aux exploits de Navas pour ne pas sombrer. Avant son remplacement par Rico après une blessure à un genou, le gardien costaricain avait sorti le grand jeu devant Gomez (3e), Hateboer (11e). Il n’a, en revanche, rien pu faire sur une jolie frappe de Pasalic (27e) qui a profité d’un contre favorable à Zapata pour se retrouver tout seul dans sa surface. Tout a basculé après les entrées de Mbappé (60e), Draxler (72e) et Choupo-Moting (79e). En trois minutes, le PSG a écrit une nouvelle page de son histoire. Et ce n’est pas fini…

L’homme du match : Neymar décisif quand même

Que retenir de la prestation de Neymar ? Le Brésilien a été le seul à créer des brèches au coeur d’une première période où Icardi et Sarabia étaient aux abonnés absents. Mais il est aussi le Parisien à avoir le plus vendangé : quelle aurait été la physionomie de la rencontre s’il n’avait pas manqué son face à face avec Sportiello dès la 3e minute ? L’ancien Barcelonais a expédié le ballon loin à côté avant de manquer une nouvelle fois le cadre alors qu’il partait seul au but, légèrement excentré côté gauche (42e).

À l’image d’une nouvelle frappe trop écrasée (77e), l’efficacité l’a fui quand il n’a pas eu tendance à trop en faire en deuxième période. Mais il est finalement celui grâce à qui la lumière est revenue : passeur décisif sur l’égalisation de Marquinhos (90e), à l’avant-dernière passe sur le deuxième but de Choupo-Moting (90e+3).

Le fait : Mbappé, entrée gagnante

Il était prévu qu’il joue une demi-heure après la grave entorse à la cheville dont il avait été victime contre Saint-Etienne (1-0), le 24 juillet dernier. Le plan a été respecté à la lettre mais Kylian Mbappé avait-il imaginé que son entrée susciterait autant d’attentes lorsqu’il a enfin foulé la pelouse du stade de la Luz ? Son équipe était menée d’un but depuis la 27e minute de jeu et le champion du monde 2018 a fait ce qu’il a pu pour sortir le PSG de sa torpeur : une accélération côté gauche qui a obligé Sportiello à s’interposer (77e) ; une course dans le dos de Caldara pour semer la zizanie (81e), et puis encore une autre pour offrir à Choupo-Moting le but de la qualification. Entrée gagnante.

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de