Exécution de la Crei : l’État déclenche la mise en vente des appartements Eden Roc de Bibo Bourgi

L’État déclenche la mise en vente des appartements « Eden Roc » de Bibo Bourgi, en exécution du verdict de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (Crei) qui l’avait condamné à une peine de 5 ans de prison et à une amende de 138 milliards FCFA assorties d’une confiscation de ses biens. Le Directeur des Domaines a lancé l’avis public qui sera clôturé le 28 juillet prochain.
Restons toujours sur cette situation, la même source renseigne que, après l’échec de la première tentative de vente des appartements « Eden Roc » sis au centre-ville en 2017, la Direction de Domaines revient à la charge pour déposséder Bibo Bourgi de ses biens immobiliers. Elle exécutait là alors l’arrêt de la cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (Crei) qui avait condamné l’homme d’affaires à une peine de 5 ans de prison et une amende de 138 milliards FCFA assorties d’une confiscation de ses biens. Dans son avis, la Direction des Domaines vendait l’appartement de cet opulent complexe immobilier à 650 millions FCFA.
Le directeur des Domaines, Mame Boy Diao, a lancé à nouveau un avis public relatif à la mise en vente des appartements « Eden Roc » de Bibo Bourgi. Mais cette fois-ci, l’État a revu à la baisse le prix des appartements. Selon Mame Boy Diao, l’appartement est vendu à 250 millions. « Dans un arrêté n°02/2015 du 23 mars 2015, la Crei a ordonné la confiscation de plusieurs biens meubles et immeubles, devis ou indivis. Les appartements Eden Roc, sis au centre-ville de Dakar, ont été confisquées dans ce cadre. (…) Ces biens entrent dans le domaine privé de l’État. (…) La commission de contrôle des opérations domaniales (Ccod) a, en sa séance du 20 avril, émis un avis favorable pour la vente des appartements Eden Roc », indique le directeur des Domaines dans un communiqué parvenu à l’AS. Ainsi Mame Boy Diao, informe le public que la mise en vente des appartements débutera demain et sera clôturée le 23 juillet. Cette fois-ci les chances de Karim Wade de bloquer la procédure sont minimes. D’autant plus que l’État dont l’économie est éprouvée par la pandémie de la Covid-19, a besoin d’argent pour renflouer ses caisses. (…)

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de