Émigration clandestine – L’affaire du Qatar évoquée à l’hémicycle

assemblee-vote

Le Premier ministre sénégalais, Mohammed Boun Abdallah Dionne a fait face aux députés, ce jeudi 20 janvier 2016, comme promis depuis des mois par l’État. Le chef du gouvernement en compagnie de certains ministres a répondu aux questions des représentants du peuple sur les sujets qui intéressent la Nation. La question de l’immigration clandestine s’est invitée dans les débats.

Et le ministre Mamadou Elimane Kane répondant à cette interpellation, dira-t-il, « les sénégalais voyagent. Ils travaillent dans plusieurs pays. Et chaque fois des problèmes surgissent, ils les posent au niveau gouvernement pour y apporter des solutions. C’est la raison pour laquelle, le Président de la République a demandé à ce qu’une attention particulière soit apportée au traitement de cette question».

Pour rappel, «quand le Qatar a voulu prendre des travailleurs sénégalais, notamment des médecins et ingénieurs de haut niveau et compte tenu des conditions particulières de ces pays qui ne disposent pas de code du travail, il a été institué entre ces deux pays une commission. Celle-ci, a permis d’adopter une convention », a expliqué le ministre.

Cette convention, à l’en croire, «crée les conditions dans lesquelles les Sénégalais qui veulent aller dans ces pays de signer des contrats leur permettant de s’inscrire au niveau de la caisse de sécurité sociale et l’IPRES».

Et de poursuivre : «pour que ces conventions puissent avoir une force particulière, elles devraient être soumises à l’Assemblée nationales pour être ratifiées. Elle vous a été soumise et ratifiée. Elle est donc au-dessus des lois».

«Et pour suivre le sénégalais dans ce pays, «le Président de la République a affecté au niveau de l’ambassade de ce pays un inspecteur du travail. C’est ce travail qui va être élargi et poursuivi dans tous les pays qui veulent prendre des travailleurs sénégalais» », a rassuré M. Kane.

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de