Écoles de foot: les formateurs demandent plus de considération de la part des autorités et les parents

Il est toujours beau de voir de belles actions sur une pelouse. Tout cela nécessite un travail acharné depuis le bas âge. Un encadrement colossal assuré par des anciens professionnels de la matière à l’image de «Flash Sporting». Une école qui forme 3 générations à savoir les Cadets, Juniors et Seniors. Malheureusement, au Sénégal, les encadreurs de ces Jeunes sont laissés à leur sort. En effet, les formateurs demandent plus de considération de la part des autorités et les parents. Si l’on croit aux propos d’un ancien international Sénégalais et propriétaire de l’école de foot «Flash Sporting», les écoles de foot recontrent d’énormes problèmes. Les premiers responsables sont les parents. Parfois, ils sont les sources de découragement des petits qui, pourtant, étaient sur une bonne lancée. Mais avec la pression des parents qui, au lieu parfois de faire un tour pour rencontrer l’encadreur, échanger avec lui sur beaucoup de choses concernant l’avenir de son enfant; ou prendre une heure creuse pour suivre l’entrainement qui constitue d’ailleurs une source de motivation pour un jeune, ils vont lui mettre de la pression sur une réussite immédiate et ce qui occasionne malheureusement l’abandon de beaucoup de Jeunes talents. L’ancien coéquipier de Malick Daff de poursuivre qu’ «hors mis cela, après avoir formé dans la galère un Jeune, c’est en ce moment que le parent va apparaître et prendre la relève en lui faisant parfois signé un contrat de misère sans pour autant consulter le formateur et pire ni rémunération».
Par ailleurs, Mame Ali Djigo se désole du manque d’accompagnement de la part des autorités étatiques. «Le gouvernement doit reconnaître que nous sommes en train de participer au développement de ce pays tout en luttant contre le chômage et l’émigration clandestine. Le tout, avec nos moyens de bords. Alors, l’Etat doit nous accompagner en nous subventionnant des outils de travail et réfectionner les terrains de foot où les Jeunes peuvent s’entraîner sans déranger le voisinage». Mais le formateur de «Flash Sporting» de préciser que «Nous allons continuer à former des Jeunes, avec ou sans l’appui des autorités, parceque c’est une passion que nous voulons partager avec les jeunes concitoyens passionnés pour leur permettre de réussir dans le milieu footballistique».

4 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments