Qui en veut à Makhtar Cissé ?

Alors que le Président Macky Sall, réélu pour un second et dernier mandat de 5 ans le 24 février dernier, est en vacances ou retranché à Marrakech, au Maroc, la salive coule à flot à Dakar sur un crachoir tout désigné, Makhtar Cissé, l’actuel directeur général de la Senelec et ancien du Prytanée militaire de Saint-Louis à qui d’aucuns prêtent une ambition à la station primatoriale.

CLASH – Qui en veut à Makhtar Cissé et aux anciens enfants de troupe (AET) ? A la lecture des coupures de journaux et articles postés sur des sites d’information en ligne faisant état de lobbying, complot ou autres actes maçonniques calculés des AET pour la main mise sur les institutions du pays, voire au sommet du pouvoir, la question ne manque pas d’intérêt. Ce d’autant que le dangereux parallèle confrérique suscité par des titres entre Touba (aux voix défavorables au pouvoir lors de la présidentielle) et Tivaouane dont le khalife général a annoncé et prié pour la réélection du Président Sall, met en évidence une opposition politique entre les deux grandes familles religieuses. « Les thuriféraires en ont-ils d’ailleurs mesuré la gravité ! », se demandent les AET.

Toujours du côté des AET où l’on «tombe des nues», les «sphères affligeantes de nullité d’où partent de pareilles déclarations insidieuse, irresponsables et une instrumentalisation actée, ont été identifiées». Les AET prient les « gratte-papiers » et leurs « mendants » de « savoir raison garder » et surtout de « savoir que les anciens enfants de troupe ont suffisamment été formés dans l’excellence pour participer et contribuer à la construction du pays et surtout pour savoir ce qu’il faut faire et ne pas faire ».

« Où est le problème si le Président Macky Sall affiche sa préférence au directeur général de la Senelec pour diriger le gouvernement ? Pourquoi un ancien enfant de troupe ne peut-il pas être un Premier ministre dans ce pays ?», s’étrangle un ancien du Prytanée, se demandant du reste «Quelle école forme mieux ?».

« Très remontés » contre les quolibets et allusions déplacées d’hommes politiques « en mal de consistance et de confiance », ils leur « prient de respecter le Prytanée militaire »mais aussi le président de la République à qui il « revient » de choisir le « Premier ministre qui pilotera ses politiques sous ses instructions ».

« Ce n’est pas quand même pas compliqué à comprendre ça ? », relèvent-ils non sans faire savoir : « maintenant s’ils veulent convoquer des inepties pour mettre en mal Touba et Tivaouane, libre à eux ».

Le nom du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, est cité dans cette affaire par certains titres dont Dakarmatin.com, qui relève que l’argentier de l’Etat ne porte pas dans son coeur le directeur général de Senelec. Il est même question d’un « mortel combat » entre les deux hommes, dit le même site.

Et si la finalité était tout simplement d’emmener le Président Macky Sall à ne faire de Makhtar Cissé ni le Premier ministre, ni le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et sûrement pas le ministre délégué chargé du Budget où il se dit que Mangara va « bouger », après la débâcle de Touba et la percée de l’opposition à Jar Yeemu (Diourbel) ?

Sacrés politiques !