L’Inde menace d’interdire les iPhone

L’autorité indienne des télécoms veut priver les iPhone d’accès au réseau mobile. En cause : le refus d’Apple d’installer une application antispam, dont la firme juge qu’elle collecte trop de données personnelles.
Cela fait deux ans qu’Apple bataille avec les autorités des télécoms de l’un des plus grands marchés mondiaux des smartphones. La TRAI, régulateur indien des télécommunications, exige que chaque constructeur de téléphones installe par défaut l’application antispam qu’elle a développée. L’organisme espère ainsi lutter contre le fléau des coups de fil et SMS indésirables, un problème répandu dans le pays. Mais Apple refuse de se plier à cette injonction. Face à cela, la TRAI a déclaré en juillet dernier qu’elle donnerait six mois aux constructeurs pour se conformer, sous peine de voir leurs appareils privés d’accès au réseau mobile. La demande du géant californien d’obtenir une exception à cette mesure vient d’être rejeté .
Un engagement sur la confidentialité des données

Disponible depuis 2016 sur le Google Play d’Android, cette application exige en effet un accès complet au contenu des SMS et à l’historique des appels de l’utilisateur. Apple ne l’autorise pas sur sa plateforme estimant qu’elle «viole la politique de vie privée de l’App Store». La compagnie avait d’abord tenté de négocier avec la TRAI la mise en place d’une application modifiée, qui «assurerait la confidentialité des données personnelles de l’utilisateur». La mise en œuvre de l’ultimatum lancé par le régulateur, rendrait les iPhone utilisables seulement sur Wi-fi en Inde. Apple serait alors probablement contraint de porter l’affaire devant la justice indienne.

Apple s’est érigé en champion de la vie privée sur les dernières années. Il est un des rares géants de la tech dont le business model n’inclut pas la collecte de données. La firme poursuit ce combat jusqu’en Inde, où elle rencontre pourtant déjà des difficultés vis-à-vis de la législation. Les taxes d’importation font que ses iPhone, déjà onéreux pour la clientèle indienne, y sont 40% plus chers qu’aux États-Unis. Les lois sur les points de vente physiques l’empêchent par ailleurs d’ouvrir des Apple Store tant que 30% des appareils qui y sont vendus ne seront pas fabriqués dans le pays.
(figaro.fr)