La face cachée des jets setteuses de Paris

Dans le hall des hôtels ou résidences, dans les coulisses ou aux premières loges, elles ne ratent aucun rendez-vous parisien. Dés qu’une date d’un artiste sénégalais est calée, c’est le téléphone arabe, par la magie des nouvelles technologies, l’information fait le tour de la diaspora sénégalaise. Partout dans les grandes villes européennes, elles répercutent la nouvelle et portent la promotion de l’événement. Mannequins en perte de vitesse, coiffeuses dépassées par la mode, danseuses ou artistes en mal de popularité, c’est à Paris qu’elles espèrent rebondir. Les jet setteuses sénégalaises qui revendiquent fièrement ce titre, doivent aussi avoir les moyens de leur politique. Où est ce qu’elles tirent les liasses d’euros distribuées gracieusement, et pour quelle motivation crèvent-elles l’écran ? S’il est loisible d’en citer des références, filles modèles qui se battent au quotidien pour entretenir leurs familles restées à Dakar, certaines brebis galeuses ont sali à jamais la réputation du pays de la Téranga. Profitant d’une célébrité feinte, elles exploitent la destination pour racoler et usent de clichés récoltés lors de ces événements pour ferrer d’éventuels clients. Au Titan, ce n’est pas pour rien que les ghanéennes affichent la nationalité sénégalaise, à Bercy ou Dock Haussman, les ivoiriennes parlent wolof pour faire genre. Une photo avec Pape Diouf ou Waly, Youssou Ndour, Viviane ou Coumba Gawlo, suffit pour attester d’une certaine crédibilité, ce qui fait que tous les coups sont permit pour décrocher un scoop. Une photo avec le président Sall a d’ailleurs fait beaucoup de bruits sur la toile, le célébrissime mannequin qui posait ainsi en a abusé pour aiguiser sa côte. Conseillère en mode du Chef de l’État. Est-ce pourquoi elles dépensent sans compter ? En tout cas, pour cet exercice favori de « battrer », certains chanteurs ont été arrosés de faux billets, si simplement ils ne jouent de mèche avec elles, pour entretenir la galerie, et provoquer l’effet de mimétisme.

dock hausmann

Laisser un commentaire