Et si Macky avait une « niarel » ?

Ce n’est pas nouveau en Afrique, un président qui a deux épouses. En Afrique, le Président est un africain qui a ses traditions, ses us et coutumes comme tous les africains pauvres et riches, du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest. En Afrique du Nord, dans le Maghreb, les hommes politiques ont des harems qu’on ne mentionne jamais mais tout le monde sait qu’ils existent. En Afrique du Sud, Jacob Zuma exhibe ses quatre femmes comme les trophées d’un homme puissant. En Afrique de l’Ouest, Gbagbo avait deux femmes. Et pourquoi pas au Sénégal ? Et si Macky avait une « Niarel » (seconde épouse en wolof) ?

Marième Faye n’a pas fait le poids devant Michelle Obama. Toutes les femmes sénégalaises s’étaient senties humiliées dans leur finesse et leur coquetterie. Les Saint-louisiennes, réputées pour leur beauté et leur classe, ne se reconnaissaient pas dans l’habillement et la démarche de celle qu’elle considère comme une concitoyenne. Drapée dans son boubou, elle faisait face à une Michelle tout en beauté et très simple mais très chic. Sur Facebook, les sénégalaises en avait fait un thème de discussions dans des fora. Et ce n’était pas la première fois…

Le début

Dès l’arrivée de Macky au pouvoir, le président voulait faire un coup de pub en mettant en exergue le couple familial. Et que voit-on ? Marième qui sert du Lakh à son époux. Sans offusquer le Président, le Lakh chaque matin, ce n’est pas pour perdre du poids. Elle dira sans doute « consommer local ». Pas mal de consommer local mais il n’est pas approprié pour mon président qui est déjà en très bonne forme

Et si c’était la « Niarel » ?

Des fruits et un thé naturel très léger. Elle n’a pas besoin de sortir les artilleries de nos grands-mères qui sont révolues. Pas de tiouraye à gogo qui peuvent faire suffoquer mon président. Et encore moins un thiakry ou un lakh qui le ferait bailler sur ses premiers dossiers de l’après Wade. La « Niarel » des temps modernes serait apparue en compagnie de son époux en mode jogging pour une matinée sportive et un petit déjeuner vraiment ‘petit’.

La fondation ?

Une bonne « Niarel » ne se serait jamais lancée dans une fondation au risque de ne pas avoir de temps à s’occuper de son « Aladji ». Elle ferait de son époux « une véritable fondation » à elle toute seule. Mais Marième notre chère future « Awo » s’est lancée dans une fondation pour « servir le Sénégal ». Et son mari, il sert qui ou quoi ? Le Sénégal bien sûr. Elle fait ce que fait son mari. Mais elle n’est pas Macky et n’est pas le Président.

Si c’était la « Niarel » des temps modernes, sa fondation se nommerait « servir Macky, rien que Macky ». Un slogan qui ferait plaisir à tous les sénégalais pas seulement à Macky.