Retour à la peine de mort au Sénégal : Me Assane Dioma Ndiaye s’oppose à l’idée

Malgré la facilité avec laquelle les criminels ôtent la vie à d’honnêtes citoyens et l’escalade de violences notée ces derniers temps avec souvent mort d’homme, le président de la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) estime que le retour à la peine de mort n’est pas envisageable au Sénégal. Pour étayer sa position, Me Assane Dioma Ndiaye rappelle que notre pays a inscrit dans sa Constitution le caractère sacré du droit à la vie. Dans pareil cas qu’on pourrait appeler « la peine de mort républicaine », il indique que « c’est l’Etat qui tue froidement. Alors que l’Etat ne doit pas être dans cette sorte de violence qui ne saurait être légalisée sous quelque prétexte ou contexte que ce soit ». En outre, l’avocat et militant des droits de l’homme a souligné que le Sénégal a signé et ratifié des Conventions dont le Traité de Rome, interdisant la peine de mort. Encore que dit-il « ce Traité a amené notre pays à internaliser la compétence universelle au sein de son droit ». Ce qui va compliquer la condamnation à la peine de mort à d’autres nationalités protégées par ces types de Conventions et vivant en terre Sénégalaise