Mauvaise gestion au port de Dakar : Aboubacar Sadikh Bèye, un miraculé du vent du « fast track »

L’actuel directeur général du Port de Dakar fait partie des responsables et autres cadres républicains qui ont réussi à passer entre les mailles du chamboulement ministériel et administratif à l’orée du quinquennat du président Macky Sall. Personne ne pouvait imaginer qu’après le remaniement et les changements au niveau des directions publiques, qu’Aboubacar Sadikh Beye allait conserver son fauteuil,  tellement l’objectivité des critiques qu’il essuie dans sa gestion et sa fourberie de novice politique se justifient à bien des égards. Nommé DG du PAD en Septembre 2017, le successeur de Cheikh Kanté peine encore à faire oublier son devancier à cause de mesures impopulaires et ses rapports viciés qu’il entretient avec une bonne partie de son personnel. Tel un partisan de la pensée unique, M. Beye s’illustre dans le tâtonnement institutionnel avec sa clientèle politique recrutée en toute méconnaissance de la plateforme portuaire. Et comme si ces errements ne suffisaient pas, le DG du port a effectué son entrée politique en Novembre 2018 sous la bannière de son mouvement dénommé « Génération Sénégal Émergent » pour tromper son monde. Avec des alliés et collaborateurs sans base, il s’est laissé entraîner dans des actions peu recommandables pour avoir révélé ses impossibles ambitions quoique tues, de briguer la municipalité de Dieuppeul-Derklé  où il milite sans véritablement impacter les populations locales. Il l’aura d’ailleurs appris à ses dépens en voulant se dresser contre les réalisations du maire de sa commune Cheikh Gueye. Assez de manquements à l’actif du patron du Port qui ont fait qu’il était dans le collimateur du président Macky Sall, avant d’échapper comme un miraculé au vent du « fast track » qui a soufflé sur la tête de beaucoup de responsables

Mamadou SALL