Drame de Koumpentoum : le commissaire Cheikhna Keïta dénonce une mauvaise politique sécuritaire

L’assassinat du commandant de brigade Tamsir Sané continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Tué par balles, par des cambrioleurs lors d’une intervention dans un braquage d’une l’agence poste-finances à Koumpentoum, l’ancien directeur de l’Orctis s’est prononcé sur les circonstances du drame. Il a relevé « la faiblesse du ratio entre l’effectif des forces de l’ordre et les populations à sécuriser ». Selon le commissaire Cheikhna Keïta, il faudrait que l’Etat envisage une nouvelle politique sécuritaire qui s’adapte au contexte démographie qui a considérablement progressé ces dernières années. Encore qu’ « il y’a quelques années derrière nous, la logistique dont nous disposions n’était pas ce qu’elle est actuellement » compare-t-il. Toutefois, il a laissé croire que face à la problématique de la sécurité en termes de moyens insuffisants, de ressources humaines en deçà des besoins exprimés et du matériel déficitaire, les policiers devraient mettre en place leur syndicat pour défendre cette plateforme revendicative