Mamadou Diop, ancien maire de Dakar : « Si on met tout à la place publique, c’est fini pour l’Etat »

L’ancien maire de Dakar, Mamadou Diop était hier au tribunal de Dakar à titre de de témoin dans le procès du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall.

A la barre, Mamadou Diop a rappelé qu’il a enseigné les finances publiques en 1971 à l’Université de Dakar et a cumulé plus de 45 ans de carrière dans ce domaine sans compter les fonctions politiques qu’il a eues à occuper comme député, ministre, secrétaire général de la présidence de la République, sénateur… Pendant son passage à la présidence, a-t-il rappelé, il gérait les fonds politiques du président Léopold Sédar Senghor. « Les fonds politique n’ont pas de traces. Ce que je donnais au président Senghor n’avaient pas de traces. Des fonds politiques, on ne les justifie pas », révèle-t-il. Toutefois, l’ancien maire de Dakar rappelle que ce soit à la présidence de la République ou dans tous les ministères de souveraineté, il existe ces fonds qui sont souvent nichés dans le chapitre « dépenses diverses » et qui, poursuit-il, « sont nécessaires pour la vie de l’Etat ». « J’ai 82 ans et j’ai consacré toute ma vie à l’Etat. J’ai consacré 60 ans à l’Etat. Si on se permet de dévoiler les secrets des choses, c’est fini pour la République », ajoute-t-il.

Actualités