Accident meurtrier : Ce qu’a perdu une famille entière…

Le très grave accident survenu hier très tôt le matin qui a fait plus de 25 morts, reste encore plus douloureux pour certains. Et pour cause, la Cité Niakh, un quartier du faubourg de Sor à Saint-Louis, est sous le choc plus que toute autre cité. En effet, les familles Pène et Kassé sont touchées par l’accident qui a fait 25 morts sur la route de Touba hier matin. Elles ont perdu sept des leurs.

Les six sont issus de la même maison. Il s’agit d’Aïda Kassé et son époux, Mamadou Cheikh Thiam, Touba Sylla, son épouse, Gaye Thiam, et leurs deux enfants, Magatte (11 ans) et Serigne Fallou (4 ans).

Cette liste des victimes est complétée Soda Guèye, une voisine de ces derniers. «C’est un coup dur pour la famille. rapporte l’As qui dit qu’Aïda (Kassé) venait tout juste de se marier». Très dur pour cette famille. Ce qui veut encore dire que les chauffeurs ne doivent jamais oublier qu’ils transportent des personnes et non du bétail.

Il n’y a pas eu de collision en réalité mais plutôt un assassinat. Le minicar était stationné sur le bas côté parce qu’il était en panne. Un témoin que PressAfrik a pu interroger a confié que : «Si certains occupants sont sortis du véhicule pour prendre de l’air d’autres avaient la flemme de descendre ». Le massacre s’est produit à hauteur de la localité de Gaddafi.

Le bus revenait de Touba pour rallier certainement prendre d’autres passagers à Dakar. Le chauffeur roulait ainsi à vive allure. «Certainement, il somnolait parce que c’est l’unique raison qui explique ce dérapage qui le conduit hors de la chaussée jusqu’à ce qu’il rase le minibus à ce point ».

M. Amar d’expliquer: «le minibus est déchaussé. Il ne reste que le châssis ainsi que les roues. Tout le reste a été brouillé par le bus qui a fini sa course sur un lampadaire complètement détruit aussi. Le bus est gravement endommagé à l’avant. Le chauffeur a été coincé dans le tas de ferrailles ».

Tous les automobilistes qui ont emprunté ce chemin ont été tétanisés. Ils racontent avec stupéfaction et horreur l’incident. Ils ne veulent pas parler d’accIdent mais plutôt de carnage.